Cartagena

Par Monique Pagé

Je ne pouvais détacher mon regard de ce ciel
presque gouteux
fondu telle une meringue essoufflée
grisant.

Je me sentais au cœur d’un nid
et j’ai pensé : ici
le côté sombre de l’âme
s’éclaire.

L’histoire est voilure
qui porte le passé au présent.
Chaque futur ajoutera une couche, mais
les cloisons ne sont que de verre.
L’inquisition enfume toujours les cieux.

Sans bruit il est venu se glisser
entre moi et l’orbe carthaginois.

Insouciance aplomb ou
mise en abyme
me suis-je demandé.

Mais quel était mon dessein sinon
accueillir
toutes luminosités
qui me soudent à elles
et ce temps dilaté
d’une histoire en expansion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :