Nuit de janvier

Par Simon Tremblay

Parc national de Big Bend, Texas

Nuit, tu étais tellement belle
des rapides dégoulinants d’étoiles sur tes épaules

Ta robe de ciel noir qui pellette ses nuages
dans le sac-à-dos des territoires imaginaires

Les saules creusaient des rivières de larmes
à en concrétiser des promesses

La pagaie déposée sur ton corsage
j’ai balbutié dans le creux de tes portages
des chuchotements de flocons éparpillés

Un cri bouillonnant de lumière :
c’est la tempête qui écartèle
mes quatre points cardinaux

Je les abandonne à tes nuages
ma girouette amoureuse du vent
comme seule boussole entre moi et mon périple promis

Simon Tremblay
Saguenay, 30 janvier 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :